Questions les plus fréquemment posées sur le fonctionnement de la plateforme Le.Taxi

C’est quoi, Le.Taxi ? Une application ?

Non. C’est une plateforme mis à disposition gratuitement par l’Etat afin de permettre le déploiement d’une offre de maraude électronique sur l’ensemble du territoire national.

L’outil se présente sous la forme d’une passerelle (API), qui est utilisée :

  • par les chauffeurs à travers des “applicatifs chauffeurs” (opérateurs, centrales radio, etc.) : voir la page Applicatifs chauffeurs/
  • par les clients souhaitant commander un taxi à travers des “applicatifs clients” (applications ou site web) : voir la page Applicatifs clients/

Comment s’inscrire en tant que chauffeur ?

C’est très simple, il suffit de vous rapprocher d’un opérateur Taxi agréé Le.Taxi et d’activer l’option dans l’application de géolocalisation qu’il vous fournit. Plus d’informations sur la page Partenaires connectés/

Les VTC peuvent-ils s’inscrire dans le registre ?

Non, le registre n’est ouvert qu’aux taxis titulaires d’une Autorisation de Stationnement, en vertu de la règlementation sur la maraude, renouvelée dans la loi du 2 octobre 2014. Le registre n’est pas ouvert non plus aux deux roues.

Quelles informations sont remontées dans le système ?

La position du taxi et son statut libre/occupé est transmise toutes les 5 secondes dans une base de donnée centrale sécurisée. Au moment d’une transaction, les coordonnées du client sont transmises au chauffeur via son application. Aucune autre donnée n’est échangée, en particulier aucun montant de transaction.

Le registre de disponibilité des taxis veille au respect de la vie privée. Il n’est accessible qu’aux opérateurs et aux moteurs de recherche dûment agréés.

A quel moment un taxi est-il visible par des clients ?

Dès que le chauffeur active sa connexion. Lorsqu’il est disponible et dans sa zone d’autorisation, les caractéristiques de son véhicule (nombre de places, services à bord, …) et un identifiant pour le contacter seront visibles par les clients recherchant un taxi à proximité de sa position dans les applications des éditeurs agréés.

Les données taxis sont-elles disponibles pour les éditeurs d’applications VTC ?

Les utilisateurs du registre sont ceux qui possèdent des clientèles en mobilité : annuaires, mobilité urbaine, hôtels, compagnies aériennes, aéroports, métropoles, guides touristiques, assistance, etc. Seuls les éditeurs agréés sont autorisés à utiliser le registre.

Pour obtenir cet agrément, il faut justifier d’un apport réel d’affaires pour les taxis. Un comparateur taxi-VTC ou une application proposant un choix entre taxi et VTC sont donc éligibles.

Le chauffeur a-t-il intérêt à installer plusieurs applications agréées sur son smartphone ?

En vertu de l’interdiction des clauses d’exclusivité sur ses outils, un chauffeur peut décider de se connecter au registre au travers de plusieurs offres. Par exemple celle de son central radio sur son terminal et celle d’une application smartphone. En revanche ces deux canaux n’amèneront pas deux fois plus de courses ! Le chauffeur - c’est à dire son véhicule, son ADS et sa carte professionnelle - ne sera visible qu’une et une seule fois par les clients : tous les moteurs de recherche peuvent montrer tous les taxis, il est donc totalement inutile de s’inscrire dans plusieurs applications.

Autres questions fréquemment posées

En quoi est-ce un service public ?

Répartis sur l’ensemble du territoire français, les 58 000 taxis français disposent à travers de la licence attribuée par l’Etat du monopole de la “maraude”. Ils sont les seuls à pouvoir prendre en charge un client “à la volée”, dans la rue. En recensant ces taxis en maraude, le.taxi transpose ce fonctionnement au numérique et permet de commander simplement un taxi à proximité via des applications partenaires !

Pourquoi des courses sans approche ?

Lorsqu’un client hèle un taxi depuis une application agréée, le taxi ne doit pas facturer l’approche. Explications.

La maraude électronique, c’est comme la maraude physique !

Quand un client hèle un taxi depuis son smartphone, c’est comme s’il levait son pouce dans la rue : la même règlementation s’applique. La loi est claire et précise, les mêmes contraintes que la maraude physique s’imposent à la maraude électronique, et notamment celle d’une prise en charge sans course d’approche.

Le client est au plus proche du chauffeur

Le client ne sera jamais à plus de 500m, un délai atteignable en un temps court.

Plus il y aura de taxis inscrits au registre, plus les distances d’approche seront courtes ! Concrètement cela signifie qu’une fois la course acceptée par le chauffeur, celui-ci va “rester au vert” pour ne pas déclencher son compteur, mais ne prendra pas en charge d’éventuels clients levant la main sur la courte distance qui le sépare de l’usager Le.Taxi.

Entre les chauffeurs et les clients, c’est gagnant-gagnant

Les frais d’approche sont une des raisons principales pour lesquelles les clients disent ne pas prendre de taxis. Grâce à leur absence, les chauffeurs gagnent de nouveaux clients satisfaits et rassurés, gratuitement, et peuvent ainsi espérer reprendre des parts de marché face à la concurrence. Une fois sur place, si le client ne se présente pas immédiatement, un délai d’attente pourra lui être facturé. En cas de non-charge, le chauffeur peut signaler le client indélicat.